Editorial

Chers Amis, Bonjour,

Dans un mois commencera le 36ème Festival d’Art Sacré qui soulignera les itinéraires dont nos vies sont tissées tant, en elles, se croisent des fils parfois inattendus qui déterminent le sens du tissu que nous sommes.

Nous accueillerons d’abord des Messes des Amériques, du Nord, du Sud et du Centre, avec la cé- lèbre Misa Criolla mais aussi la très belle Nidaros Jazz Mass de Bob Chilcott dont nous avons en- tendu l’an passé, la superbe Little Jazz Mass et surtout la Misa Carribe composée par Fernando Geraldès dans le style très “coloré” des Caraïbes. Toutes ces messes ont en commun une joie, un dynamisme et une ferveur que l’on ne trouve plus beaucoup sur notre “vieux”continent.

Ensuite, nous entendrons la Musique Sacrée des deux Andalousies – celle du sud de l’Espagne et celle du Nord de l’Afrique – dans l’Encuentro Flamenco avec l’ensemble El Suspiro del Mauro que nous avons déjà accueilli, il y a quelques années.

Puis, comme l’an passé, nous pourrons apprécier des œuvres baroques consacrées à la Vierge Marie, avec le Magnificat de Durante qui fut le maître de Pergolèse dont le Stabat sera évoqué aussi, ainsi que le Stabat de Durante. Des œuvres peu connues mais pourtant superbes.

Nous vous proposons aussi un film, L’Île, un chef-d’œuvre de Pavel Lounguine, sélectionné dans plusieurs festivals de cinéma, qui retrace l’itinéraire d’un pécheur repenti vers la sainteté.

Enfin, Warda Gulan, diacre de l’Eglise Assyro-chaldéenne, viendra nous partager la richesse du chant sacré assyro-chaldéen, avec des chants qui sont parmi les plus vieux chants chrétiens et sont encore un patrimoine vivant aujourd’hui malgré les difficultés rencontrées par les chrétiens en ces terres d’Irak et de Syrie.

Sans oublier la Messe du Festival ni le concert-promenade aux chandelles de la Fête de la Mus- sique qui reste chaque année, pour nous, un temps fort de partage et de paix.
A bientôt.

Michel Vauthrin